ARTMONY
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


MUSIQUE & ARTS
 
AccueilS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Mangas Kazé : 2 achetés = 1 manga offert
Voir le deal

 

 CHEZ FRIDA KAHLO

Aller en bas 
3 participants
AuteurMessage
Bridget




Féminin Nombre de messages : 2632
Age : 71
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

CHEZ FRIDA KAHLO  Empty
MessageSujet: CHEZ FRIDA KAHLO    CHEZ FRIDA KAHLO  Icon_minitimeSam 3 Mar - 14:54

.

CHEZ FRIDA KAHLO


Dimanche 4 mars de 16:20 à 17:15 sur Arte




CHEZ FRIDA KAHLO  Eluniv10



Située dans le quartier Coyoacan dans la banlieue de Mexico, la Maison bleue fut le lieu de naissance et de mort de la peintre mexicaine Frida Kahlo.

Dans les années 1930 au Mexique, la Maison Bleue devient le quartier général d'artistes et de révolutionnaires.


Située dans le quartier Coyoacan dans la banlieue de Mexico, la Maison Bleue fut un lieu de naissance et de mort, de plaisirs et de douleurs, de création et de séparation pour la peintre mexicaine Frida Kahlo.

Dans les années 1930, pendant que l'Europe se déchire, son époux Diego Rivera et elle y accueillent André Breton, Léon Trotski et son futur assassin Ramon Mercader, ainsi que nombre d'artistes et de révolutionnaires.



http://www.arte.tv/fr/Programmes-a-la-semaine/244,broadcastingNum=1365188,day=2,week=10,year=2012.html






Histoire d’une maison





CHEZ FRIDA KAHLO  La-mai11




La Casa Azul (la Maison Bleue) est le lieu où naquit, vécut et mourut Frida Kahlo, l’artiste latino-américaine la plus connue au monde.
La construction originale, datant de 1904, était de moindre mesure. Aujourd’hui, la superficie de la maison représente 800m2, sur un terrain de 1200m2. Diego et Frida donnèrent à ce lieu une apparence particulière – avec ses couleurs éclatantes et ses décorations populaires et préhispaniques – à l’image de leur admiration pour les villages et la culture du Mexique.



La construction subit deux modifications principales. Quand le révolutionnaire Russe, León Trosky, séjourna dans ce lieu avec Diego et Frida, en 1937, l’espace correspondant aujourd’hui au jardin fut acheté. En 1946, Diego Rivera demanda à l’architecte Juan O’Gorman de construire l’atelier de Frida.



L’intérieur de la maison possède la même disposition qu’à l’époque de Diego et Frida. Ceci fut respecté par le poète et ami du couple, Carlos Pellicer, qui se chargea de la muséographie du lieu après la mort de Frida Kahlo.
Ainsi, la maison et ses objets ont conservé leur atmosphère intime.





La vie intense d’une artiste



CHEZ FRIDA KAHLO  Frida-10




Magdalena Carmen Frida Kahlo Calderón voit le jour le 6 juillet 1907. Elle est la troisième des quatre filles de Guillermo Kahlo – d’origines hongroise et allemande – et de Matilde Calderón – originaire de Oaxaca.
Très tôt, Frida est confrontée à la maladie. A l’âge de 6 ans, une attaque de poliomyélite l’oblige à garder le lit pendant six mois. Elle s’en relèvera avec une jambe atrophiée et une claudication, mais cela ne l’empêchera pas de faire ses études à l’Ecole Nationale Préparatoire de México, dans l’espoir de devenir médecin.

Cependant, le 17 septembre 1925, alors qu’elle n’a que 18 ans, Frida est victime d’un tragique accident. L’autobus qui la transportait fut percuté par un tram. Dû à ses blessures et à l’immobilité à laquelle elle fut soumise les premiers mois de sa convalescence, Frida commenca à peindre.



Ainsi, elle rentre en relation avec de nombreux artistes, dont Diego Rivera, avec qui elle se mariera en 1929. Le couple vécut dans divers endroits du Mexique et dans différentes villes des Etats-Unis. Après dix ans de mariage, ils divorcent, mais l’année suivante, en 1940, Frida et le muraliste se remarient.


Frida fut membre du Parti Communiste Mexicain et professeur à l’Ecole Nationale de Peinture et de Sculpture «La Esmeralda », où elle forma un groupe de jeunes peintres connu sous le nom de « Los Fridos ». L’artiste réalisa plusieurs expositions de son œuvre, notamment à New-York (1938), à Paris (1939) et à la galerie de Lola Álavarez Bravo à México (1953).


En 1953, l’artiste est amputée de son pied droit. Elle s’éteint le 13 juillet 1954 dans la Casa Azul . Aujourd’hui, plus de cent ans après sa naissance, on retrouve les œuvres de Frida Kahlo dans plusieurs collections de México, en Europe et aux Etats-Unis.




Une maison qui parle




CHEZ FRIDA KAHLO  Tumblr13





Comme l’avait souhaité Diego Rivera, la Casa Azul fut convertie en musée en 1958, quatre ans après la mort de Frida Kahlo. De nos jours, il est l’un des musées les plus fréquentés du Mexique : chaque mois, il reçoit près de vingt-trois milles visiteurs.


Chaque recoin de la maison nous offre un témoignage des objets personnels que Frida adorait et des sources d’inspiration de l’artiste.

Un facsimilé du journal intime de Frida, ainsi que quelques unes de ses peintures très connues sont exposés dans les salles du musée : Viva la vida (1954), El marxismo dará salud a los enfermos (1954), Frida y la cesárea (1931) et l’œuvre polémique Naturaleza muerta (1942).

Sur certains murs de la maison sont également accrochées des peintures d’amis du couple ou contemporaines, ainsi que certaines œuvres de Diego réalisées à l’Académie de San Carlos et durant son séjour à Paris.



Le musée conserve également la collection de vêtements et de bijoux reflétant le goût de Frida pour les tenues indigènes et son admiration pour les cultures précolombiennes dans lesquelles elle puise cette image fascinante qui constitue sa personnalité.

Dans la chambre que Frida utilisait le jour, on peut voir le lit à colonnes que sa mère fit installer après son accident, au baldaquin duquel elle fit accrocher un petit miroir. Les pinceaux, les livres et le chevalet offert par Nelson Rockelfeller disposés dans l’atelier de l’artiste sont toujours visibles.



Enfin, la chambre qu’elle utilisait la nuit conserve la collection de papillons, cadeau du sculpteur japonais Isamu Noguchi, ainsi que le portrait de l’artiste réalisé par son ami et amant, le photographe Nickolas Muray.



La maison de Coyoacán nous parle de la vie quotidienne de Frida et Diego. La cuisine et la salle à manger témoignent de l’engouement que le couple avait à recevoir les grandes personnalités.

La Casa Azul montre également l’admiration de Rivera et Kahlo pour l’artisanat populaire, comme les judas de Carmen Caballero et les sculptures de Mardonio Magaña.
La collection des ex-votos qui orne l’escalier constitue l’une des plus importantes du pays. Les deux artistes collectionnaient des pièces de l’art préhispanique. La plupart de ces pièces décoraient l’intérieur et les jardins.

D’ailleurs, Diego fit construire dans un des jardins une petite pyramide servant de support à ses statuettes favorites.



Les secrets de la Casa Azul




CHEZ FRIDA KAHLO  Casa_a10





Avant de mourir, Diego Rivera établit un fidéicommis attribué à son amie et mécène Dolores Olmedo – dans le but de protéger les musées Anahuacalli et Frida Kahlo – Diego fit promettre à Lola de garder fermés certains espaces de la Casa Azul pour une durée de 15 ans.

Toute sa vie, Lola respecta la volonté de son ami. Cependant, à la mort de Lola Olmedo en 2004, le comité formé autour du fidéicommis décida d’ouvrir les espaces fermés à l’intérieur de la Casa Azul.

Ainsi, grâce à l’aide d’ADABI (une organisation pour l’Aide au Développement des Archives et des Bibliothèques), en janvier 2007 – quelques mois avant le centenaire de la naissance de Frida – ont été mis au jour plus de 28000 nouveaux documents, 3800 photographies, œuvres, dessins, gravures, imprimés et objets personnels dont environ 300 vêtements provenant de la garde-robe de Frida.



Nombreuses furent les surprises à la découverte de ces « deux chambres secrètes », des boucles d’oreilles offertes par Picasso à Frida que l’on croyait perdues, aux photographies des autoportraits de Guillermo Kahlo, pochoirs de la première œuvre murale de Diego, et brouillons du texte que Frida écrivit sur le muraliste pour un hommage en son honneur au Palais des Beaux-Arts.



Actuellement, la Casa Azul continue de révéler certains secrets sur la vie prolifique de Diego Rivera et Frida Kahlo. En investissant ce lieu intime et quasi « mythique », le visiteur découvre profondément l’histoire de ces deux personnalités fondamentales du XXème siècle.



http://www.museofridakahlo.org.mx/casaazulfrances.html




.




Revenir en haut Aller en bas
Bridget




Féminin Nombre de messages : 2632
Age : 71
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

CHEZ FRIDA KAHLO  Empty
MessageSujet: Re: CHEZ FRIDA KAHLO    CHEZ FRIDA KAHLO  Icon_minitimeSam 14 Jan - 13:30

.



Frida Kahlo, peindre sa vie pour apaiser ses souffrances





CHEZ FRIDA KAHLO  Vlcsna11
Frida Kahlo a peint sa vie dans des autoportraits © capture d'écran France 2 / Culturebox




Elle est l’une des artistes mexicaines les plus célèbres au monde et a inspiré les créateurs de mode par ses tableaux colorés. Transcender ses blessures par la peinture, ce sera toute la vie de Frida Kahlo.
Blessée à 18 ans par un grave accident de bus, cette artiste inclassable a raconté sa vie souvent tragique à travers des autoportraits.





Frida Kahlo, "un journal intime rédigé au pinceau"

Reportage : L.hakim / D.Dahan / F.Curtet / G.Liaboeuf





Peindre sa vie





Alors âgée de 18 ans, Frida Kahlo, déjà atteinte de poliomyélite depuis ses 6 ans, est transpercée par une barre de bus dans un terrible accident avec un tramway. Son abdomen est perforé, son dos blessé, elle est contrainte à de multiples opérations chirurgicales et à l’alitement. Elle se met alors à peindre, et représente son drame sur ses toiles : dans "Souvenir ou le coeur" (1937), une barre de bus la transperce, dans "Arbre de l'espérance, tiens toi droit" (1946), elle dessine son dos meurtri. Sur un autre tableau encore, "Autoportrait avec le portrait du Docteur Farill" (1951), elle rend hommage à son médecin et se représente à ses côtés, dans un fauteuil roulant.



Christina Burrus, auteure de "Frida Kahlo" aux éditions Gallimard découvertes, voit dans son malheur la source de son envie de vivre et d’écrire cette vie au pinceau : "Elle a toujours un regard analytique. Elle est malade, elle s’en plaint évidemment à des amis car elle souffre, mais en même temps elle surmonte. Je crois que ses maladies, ses souffrances, sont pour elle une force de vie."



Dans "La colonne brisée", datant de 1944, elle dévoile ses blessures au grand jour, son visage, toujours impassible, est inondé de larmes. À cette date son état de santé a empiré, ce qui l’oblige à porter un nouveau corset métallique, souffrance représentée par les clous plantés dans son corps et la peau ouverte laissant apparaître une colonne vertébrale en morceaux, la sienne.





CHEZ FRIDA KAHLO  La-col10
La colonne brisée, Oil on Masonite. 38.6 x 31 cm Dolores Olmedo Foundation, Mexico City (100th anniversary of Frida Kahlo's Birth) © DESRUS BENEDICTE/SIPA






Des amours multiples




Elle dessine aussi sa vie amoureuse et orageuse avec Diego Rivera, célèbre peintre mexicain lui aussi, épousé en 1929 mais mari infidèle. L’homme a 21 ans de plus qu’elle, il la trompera avec sa soeur Cristina. Coeur brisé mais femme libre, Frida Kahlo aura aussi plusieurs aventures, notamment avec Léon Trotsky et avec des femmes. Elle subit deux fausses couches, douleur qu’elle représente dans "Henry Ford Hospital ou Le Lit volant" en 1932.





CHEZ FRIDA KAHLO  Vlcsna12





Et dans "Quelques petites piqûres", qu’elle peint en écho à un fait divers, c’est le visage de Diego qui remplace celui de l’assassin. Relation tumultueuse, ils divorcent en 1938 mais se remarient en 1940, le jour de l’anniversaire de Diego.




CHEZ FRIDA KAHLO  Sipa_s10





Artiste inclassable, plus forte que la mort




Artiste multiple, elle refuse l’étiquette de surréaliste qu’on lui attribue souvent. Dans son journal intime, qu’elle débute en 1942, elle écrit ainsi : "On me prenait pour une surréaliste. Ce n’est pas juste. Je n’ai jamais peint de rêves. Ce que j’ai représenté était ma réalité". André breton qui l’avait rencontrée quelques années plus tôt dira de son oeuvre "l'art de Frida Kahlo de Rivera est un ruban autour d'une bombe".



Son état s’aggrave encore dans les années 50, durant lesquelles elle subit sept opérations de la colonne vertébrale. Amputée d’une jambe en 1953, elle contracte une pneumonie en 1954 qui lui sera fatale. Elle meurt à 47 ans, le 13 juillet 1954, après un dernier tableau, l’un de ses plus colorés, intitulé : "Viva la vida".




CHEZ FRIDA KAHLO  Fk-viv10




MEXIQUE (1900–1950)
Grand Palais, Galeries nationales

05 Octobre 2016 - 23 Janvier 2017

Diego Rivera, Frida Kahlo, José Clemente Orozco et les avant-garde




.
Revenir en haut Aller en bas
liliane
Admin
liliane


Féminin Nombre de messages : 18423
Age : 48
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

CHEZ FRIDA KAHLO  Empty
MessageSujet: Re: CHEZ FRIDA KAHLO    CHEZ FRIDA KAHLO  Icon_minitimeDim 3 Déc - 10:35

Recherche tableau de Frida Kahlo désespérément, vu à Varsovie en 1955




CHEZ FRIDA KAHLO  AFP_58ec4e314e2478e3edf88cc33d19030054306ef7


Des visiteurs d'une exposition en Pologne consacrée à Frida Kahlo et son époux contemplent une photo d'une toile disparue depuis plus d'un demi-siècle de l'artiste mexicaine, La table blessée, le 28 novembre 2017 à Poznan / © AFP / JANEK SKARZYNSKI




"Qui peut nous dire ce qui est arrivé au tableau disparu, où peut-on le retrouver?" L'affichette trône à côté d'une photo de La table blessée, le plus grand tableau que l'artiste mexicaine Frida Kahlo ait jamais peint, un chef-d'oeuvre surréaliste mystérieusement disparu en 1955 à Varsovie.

Ines et Joana Cavaco, deux jeunes Portugaises, ont fait une nuit de bus pour venir voir l'exposition consacrée à Kahlo et à son compatriote et mari Diego Rivera, présentée à Poznan (ouest de la Pologne) jusqu'au 21 janvier.

On y découvre une réplique grandeur nature de 2,44 m sur 1,21 m, en noir et blanc, de la toile manquante: un double auto-portrait figurant l'artiste assise derrière une table tâchée de sang, entre un Judas et un squelette, un tableau faisant penser à la Cène.

Près de l'affichette en forme d'avis de recherche, une petite boite à idées invite les visiteurs de l'exposition à "entrer dans l'Histoire" en suggérant des pistes pour retrouver le chef-d'oeuvre volatilisé.

"J'ai écrit que probablement le tableau a été détruit, ou il a été volé et vendu sur le marché noir", déclare à l'AFP Ines Cavaco, 21 ans, étudiante à Cracovie.

"C'est évident: il est accroché chez quelqu'un dans son salon", estime sa soeur Joana, 23 ans, une grande fan de Kahlo qui comme elle porte une coiffure parée de fleurs.

L'exposition "Frida Kahlo et Diego Rivera: le contexte polonais" au centre culturel ZAMEK, un château construit pour l'empereur Guillaume II et destiné plus tard à Hitler, retrace les liens peu connus de ce célèbre couple d'artistes avec la Pologne.

Leurs tableaux sont accrochés aux murs d'un jaune qui rappelle la palette flamboyante de Kahlo et sa joie de vivre, gardée malgré des problèmes de santé et en dépit des aventures amoureuses de son époux Rivera.

Deux salles sont consacrées à deux autres artistes d'origine polonaise et proches du couple: la photographe Bernice Kolko, qui a notamment pris Kahlo sur son lit de mort en 1954, et la peintre muraliste Fanny Rabel, une de ses quatre élèves les plus dévouées.

- La Cène -

Une autre salle rappelle l'exposition sur l'art mexicain présentée à Varsovie en 1955, dernier endroit où fut montrée La table blessée.

"Il doit être quelque part. Il n'a pas pu juste disparaître, un tableau si grand. A moins qu'ils l'aient brûlé dans un poêle dans les années 1950...", a déclaré à l'AFP Helga Prignitz-Poda, la commissaire de l'exposition Kahlo et Rivera.

"C'est une des raisons pour lesquelles j'ai fait cette exposition. Peut-être qu'un jour quelqu'un en Pologne a vu ce tableau quelque part", a-t-elle ajouté.

Frida Kahlo, connue pour son mono-sourcil, ses jupes longues et ses bijoux lourds, avait créé La table blessée pour l'exposition internationale du surréalisme organisée en 1940 à Mexico.

Puis l'oeuvre a été accrochée dans sa maison, avant que l'artiste ne l'offre à l'URSS par amour du communisme.

Mais, envoyée à Varsovie pour une exposition sur l'art mexicain qui a tourné ensuite dans plusieurs pays socialistes, elle a disparu dans la capitale polonaise, peut-être à cause de son caractère: La table blessée offrait une "représentation surréaliste absolument cruelle de la double Frida" qui allait à l'encontre du style réaliste socialiste.

Cette toile est aujourd'hui considérée comme un chef-d'oeuvre, estimé à 20 millions de dollars.

A l'époque, "il y a eu des déclarations officielles selon lesquelles ce tableau n'était pas exposable, qu'il était tellement terrible, qu'il ne valait pas l'argent dépensé pour son transport. Il est possible que les propriétaires russes n'aient pas voulu le récupérer", estime la responsable de l'exposition.

- Chez Poutine ? -

Sa disparition est d'autant plus frustrante que seule la moitié des quelque 300 oeuvres de Kahlo est connue du public, les autres ont été détruites, perdues ou se trouvent dans des collections qui ne les prêtent jamais, relève Mme Prignitz-Poda, qui leur a consacré un livre.

Krzysztof Najbor, un acteur de 56 ans de Zakopane (sud), a fait 600 kilomètres pour admirer l'exposition. "Je suis heureux d'avoir pu voir un peu de cette légende en original. Le Mexique, c'est loin", déclare-t-il à l'AFP.

Dans sa famille, raconte-t-il, il y a une tradition: "Lorsqu'on quitte une galerie d'art, on se demande toujours ce qu'on aurait emporté. Là, il y avait un petit autoportrait de Frida que j'ai beaucoup aimé..."

Si l'auto-portrait, lui, est toujours là, La table blessée manque résolument à l'appel... malgré de nombreuses suggestions trouvées dans la boite à idées.

"Les gens écrivent toutes sortes de choses drôles. Que la table est à l'hôpital, parce qu'elle est blessée, ou bien qu'elle est chez Poutine, ou chez eux sous le tapis. Des enfants dessinent des cartes au trésor", raconte Anna Hryniewiecka, la directrice du centre culturel ZAMEK.

Aucun indice viable mais un petit espoir: un mural de Rivera, "Glorieuse Victoire", également disparu dans les années 1950, a été retrouvé en 2000 dans les entrepôts du musée Pouchkine à Moscou.
Revenir en haut Aller en bas
https://artmony.forumactif.fr
liliane
Admin
liliane


Féminin Nombre de messages : 18423
Age : 48
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

CHEZ FRIDA KAHLO  Empty
MessageSujet: Re: CHEZ FRIDA KAHLO    CHEZ FRIDA KAHLO  Icon_minitimeJeu 21 Juin - 11:18

Visitez la plus grande collection de l'œuvre de Frida Kahlo jamais assemblée: 800 objets provenant de 33 musées, tous gratuits en ligne










Certains films réalisent le rare exploit d'être à la fois un fantasme d'évasion coloré et un moyen astucieux de nous reconnecter à notre humanité en péril. Tel est Le merveilleux film Coco de Pixar , "une exploration des valeurs", écrit Jia Tolentino au New Yorker, "une hisloire de matriarcat multigénérationnel, enracinée dans le passé - alors que la vraie vie, de nos jours, est intemporelle, «Au cœur de sa célébration romancée de la culture et de l'histoire mexicaines, figure un personnage historique que tout spectateur adulte connaît, celui du modernisme mexicain, Frida Kahlo, artiste qui semble aussi nécessaire que jamais.








CHEZ FRIDA KAHLO  Frida-5-e1529302844819






Ce n'est pas que l'on risque d'oublier Frida Kahlo. Elle est adulée à travers le monde, une icône pour des millions de personnes qui se voient dans les différentes intersections de son identité : mexicaine, métisse, queer, handicapée, féministe, radicalement intransigeante, etc .



Les identités de Kahlo sont importantes et elle les a rendues importantes. Elle ne serait pas effacée ou laisserait ses bords être rabotés et poncés. Comme d'autres artistes confessionnels auxquels elle est souvent comparée, Kahlo a transformé sa vie tragiquement douloureuse et joyeuse en un art durable. Pour résumer la description de la poésie d'Audre Lorde, son travail est une «distillation révélatrice de l'expérience».













CHEZ FRIDA KAHLO  Frida-1






Mais la compréhension confessionnelle de Kahlo peut poser un problème critique, à savoir l'émergence de ce que Stephanie Mencimer appelle «le culte Kahlo».




Citation :
... ses fans sont en grande partie attirés par l'histoire de sa vie, pour laquelle ses peintures sont souvent présentées comme une simple illustration ... Mais, comme un jeu de téléphone, plus l'histoire de Kahlo a été racontée, plus elle a été déformée, omettant des détails désagréables qui montrent qu'elle est une figure beaucoup plus complexe et imparfaite que ne le suggèrent les films et les livres de cuisine.



En tout cas, nous n'aurons peut-être pas besoin de plus d'hagiographie de Frida. Nous trouvons sa vie, ses défauts et tout, dans son travail. Des ravages de la polio infantile et d'un horrible accident de la route à 18 ans (représenté sur le dessin ci-dessous mais jamais dans un tableau), des amours, une profonde immersion dans l'art populaire mexicain et un engagement pour le socialisme et la révolution mexicaine. une œuvre autobiographique pas comme les autres. Cela dit, Kahlo elle-même est un personnage tellement fascinant que «personne n'a besoin d'apprécier l'art pour justifier d'être un fan de Kahlo ou même un adepte de Kahlo», écrivait Peter Schjeldahl. "Pourquoi pas ? Le monde aura des cultes, et qui mérite le mieux?"




CHEZ FRIDA KAHLO  Frida-4



Pour les amateurs d'art et les adeptes de Kahlo, Google Arts & Culture a créé un projet qui rassemble sa vie et son travail de manière à éclairer les deux, avec des essais biographiques et critiques, et une exposition approfondie de ses œuvres dans le monde entier. y compris de nombreuses pièces peu connues comme ses croquis, ses dessins et ses premières œuvres; un regard sur ses lettres et de nombreuses photographies d'elle tout au long de sa vie; une exposition en ligne de sa célèbre garde-robe; plusieurs caractéristiques de son influence sur les artistes LGBTQ, les musiciens, les créateurs de mode, et bien plus encore. C'est "la plus grande curation de Kahlo jamais assemblée", note My Modern Met. "La meilleure partie? Pas besoin de payer des frais de musée, il est disponible en ligne pour que tout le monde puisse en profiter gratuitement."







CHEZ FRIDA KAHLO  Frida-3






Une collaboration "entre le géant technologique et un réseau mondial d'experts et 33 musées partenaires dans sept pays", note Hyperallergic, Faces of Frida contient 800 artefacts, "dont 20 ultra-haute résolution ... jamais numérisés jusqu'à maintenant." Certains de ces artefacts sont extrêmement rares, tels que "les premières versions de son travail, esquissées et gravées sur le dos de peintures finies, sans être vues par quiconque sans pouvoir les toucher". Vous pouvez également voir les endroits qui ont le plus influencé sa carrière à travers cinq visites de Google Street, "y compris la célèbre Maison bleue à Mexico dans laquelle elle est née et est morte."










Cette galerie en ligne complète cherche à englober tous les aspects de la vie de Frida, mais elle se concentre rarement sur son travail. "Parmi les quelque 150 œuvres qui ont survécu", note Mencimer, "la plupart sont des autoportraits. Comme elle l'a dit plus tard, «Je me peins parce que je suis souvent seule, parce que je suis le sujet que je connais le mieux.» Travaillant à l'extérieur, elle a aussi peint les résonances spécifiques de son temps et de son lieu. personnalité. «Comme avec tous les meilleurs artistes», explique l'auteure Frances Borzello dans l'une des fonctionnalités de Google Arts, «l'art de Kahlo n'est pas un journal ingénieusement présenté en peinture mais une reconstitution de ses croyances personnelles, de ses sentiments et de ses événements. universel."










CHEZ FRIDA KAHLO  Frida-2-e1529302827227






Même si elle était une superstar au pays des morts, le travail de Kahlo a été largement éclipsé par celui de son célèbre mari Diego Rivera. Elle n'a eu que deux expositions au cours de sa vie, l'une d'elle organisée par le surréaliste André Breton, qui a appelé sa peinture "un ruban autour d'une bombe". Après sa mort en 1954, elle a "largement disparu du monde de l'art". une certaine ironie en soulignant que la fascination pour le travail de Kahlo se réduit parfois à l'intérêt pour sa biographie, puisqu'il a fallu une biographie de Hayden Herrera en 1983 pour la ramener dans la conscience publique. "Quand il a été publié" écrit Mercimer, "il n'y avait pas une seule monographie de l'œuvre de Kahlo pour montrer aux gens à quoi cela ressemblait, mais la biographie, qui aurait pu être la base d'un Univision telenovela, a déclenché une frénésie Frida."










CHEZ FRIDA KAHLO  Frida-6-e1529302677262



Comment les choses ont changé. Aucun lecteur du livre de Herrera, ou l'un des nombreux traitements de la vie de Kahlo depuis lors, ne viendra à elle sans le voir. Le visage-défi de Frida, mustachioed, monobrowed-nous regarde de partout. L'exposition Google nous guide à travers une contextualisation complète de ce regard obsédant et pourtant familier. Les lettres et les notices biographiques contiennent des informations sur la vie privée et publique de l'artiste. Mais finalement, ce sont les peintures qui parlent. Comme le dit Borzello, quand nous confrontons vraiment le travail de Frida, nous pouvons être frappés par «comment les mots impuissants face à l'étrange richesse de ces images.» Elle a inventé de nouveaux vocabulaires visuels de douleur, de plaisir, de fierté et de persévérance. Visitez les visages de Frida ici    Faces of Frida here.







CHEZ FRIDA KAHLO  Frida-google



http://www.openculture.com/2018/06/visit-the-largest-collection-of-frida-kahlos-work-ever-assembled.html
Revenir en haut Aller en bas
https://artmony.forumactif.fr
Nine
Admin
Nine


Nombre de messages : 12687
Date d'inscription : 03/05/2008

CHEZ FRIDA KAHLO  Empty
MessageSujet: Re: CHEZ FRIDA KAHLO    CHEZ FRIDA KAHLO  Icon_minitimeJeu 21 Juin - 13:02

The song of Fridah Kahlo

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Bridget




Féminin Nombre de messages : 2632
Age : 71
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

CHEZ FRIDA KAHLO  Empty
MessageSujet: Re: CHEZ FRIDA KAHLO    CHEZ FRIDA KAHLO  Icon_minitimeDim 1 Juil - 16:34

.


Frida Kahlo, dans sa maison bleue



CHEZ FRIDA KAHLO  Une-ma10


Née en 1907, disparue en 1954, Frida Kahlo fut une peintre, une grande amoureuse, une inspiratrice du mouvement surréaliste et une femme engagée politiquement. Les murs bleus de sa Casa Azul, dans la banlieue de Mexico, conservent les traces de cette existence singulière. Marquée par la maladie et la souffrance (enfant, elle contracta la poliomyélite puis, jeune adulte, eut un grave accident de bus), Frida Kahlo vécut une relation passionnelle avec l'artiste Diego Rivera, de 21 ans son aîné. Eprise de liberté, refusant la vie qui était réservée aux femmes mexicaines de sa génération, Frida Kahlo est l'auteure de 146 toiles, dont 55 autoportraits.



A Coyoacán, village du sud de Mexico, une splendide bâtisse cobalt aimante le regard. La « Casa azul » a vu naître et mourir l’une des artistes les plus avant-gardistes du xxe siècle. Orné de tableaux, d’objets d’art populaire et de divinités précolombiennes, autour d’un jardin botanique, ce musée excentrique servit d’écrin magique à l’extraordinaire créativité de Frida Kahlo.


« Sa vie est une œuvre d’art en soi », confie Arielle Dombasle, qui incarne son amie imaginaire dans ce nouvel épisode onirique de la série documentaire de PPDA. Il retrace l’existence tumultueuse de la muse des surréalistes. En 1925, son corps se brise dans un accident de bus. Pour conjurer la douleur, elle peint alitée une série d’autoportraits. Meurtris mais fascinants de vitalité.



Sa maison bleue fut aussi le théâtre de sa passion avec l’artiste Diego Rivera et de son engagement politique. Léon Trotski et André Breton trouvèrent refuge entre ses murs azur, qui servent ici d’écran à l’œuvre de l’icône mexicaine. La réalisatrice Nathalie Plicot y projette ses carnets de notes et des films radieux… du temps où Frida Kahlo voyait la vie en bleu.



France 5
dimanche 01 juillet - 22h35
CHEZ FRIDA KAHLO  Teletexte
France 5
samedi 07 juillet - 20h20
CHEZ FRIDA KAHLO  Teletexte
https://television.telerama.fr/tele/documentaire/une-maison-un-artiste,11151079,emission129940184.php
Revenir en haut Aller en bas
liliane
Admin
liliane


Féminin Nombre de messages : 18423
Age : 48
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

CHEZ FRIDA KAHLO  Empty
MessageSujet: Re: CHEZ FRIDA KAHLO    CHEZ FRIDA KAHLO  Icon_minitimeDim 3 Nov - 6:28

La rage de vivre de Frida Kahlo

FRANÇOIS VEY




CHEZ FRIDA KAHLO  Captur52
RIEN N’EST NOIR

CLAIRE BEREST, STOCK, 250 PAGES, 19,50 EUROS.

La romancière Claire Berest retrace la rencontre entre Frida Kahlo et Diego Rivera



En se glissant dans la peau de Frida Kahlo, on en voit de toutes les couleurs. Car la palette de cette peintre mexicaine ayant laissé une empreinte étonnante dans l’histoire du XXsiècle s’avère particulièrement étendue. Avec une verve et une énergie qui vous emportent, page après page, l’écrivaine Claire Berest s’emploie bien plus qu’à brosser son portrait, mais à tenter d’élucider toute une série de mystères : comment Frida a-t-elle pu surmonter autant d’épreuves au long d’une vie aussi dure et accidentée ? D’où lui venait son incroyable séduction ? Pourquoi a-t-elle éprouvé une telle passion pour le muraliste Diego Rivera ?

Tout commence à Mexico par la fracassante collision d’un autobus et d’un tramway. Une passagère se retrouve prise dans l’amas de ferrailles, la colonne vertébrale brisée, la clavicule et plusieurs côtes cassées, le bassin et une jambe fracturée en onze endroits… Avec un acharnement inouï, la jeune métisse se rétablit au prix de mille souffrances : elle parvient à quitter le corset qui la cloue au lit et remarche.


Une vie de tous les excès et une saga éblouissante



Plus question pour la brillante élève de devenir médecin, elle va se faire peintre. L’autoportrait qu’elle signe d’elle à 17 ans est juste sublime. Et Frida, qui n’a pas froid aux yeux, fonce voir le plus grand artiste du moment à Mexico, Diego Rivera. La jeune femme dérange le maître en plein travail pour le sommer de lui donner son « avis professionnel » sur deux tableaux d’elle.
Cette rencontre constitue le deuxième « accident terrible » dans sa vie mais, celui-là, elle l’a provoqué. Que ce mastodonte, grand amateur de femmes, ait succombé à son charme, cela tombe un peu sous le sens. Mais qu’est ce qui a attiré Frida ? Claire Berest dépeint Diego « mi-pachyderme mi-pieuvre aux tentacules envoûtants ». Est-ce juste « cette laideur franche et amusée d’elle-même » qui l’a bouleversée ? Il faut compter aussi avec ce commun engagement dans l’art, corps et âme, qui se conjugue avec un même idéal révolutionnaire.
Revenu du gouffre, Frida goûte tous les excès, collectionne les paradoxes et multiplie les aventures, qui la mènent jusqu’aux États-Unis, puis à Paris. Une saga éblouissante en forme d’ode à la vie.
Revenir en haut Aller en bas
https://artmony.forumactif.fr
liliane
Admin
liliane


Féminin Nombre de messages : 18423
Age : 48
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

CHEZ FRIDA KAHLO  Empty
MessageSujet: Re: CHEZ FRIDA KAHLO    CHEZ FRIDA KAHLO  Icon_minitimeJeu 23 Avr - 8:17

Frida Kahlo, la résiliente


LETIZIA DANNERY




CHEZ FRIDA KAHLO  E81672aa-10d8-41a6-a9dd-f40ae43be66b


FRIDA KAHLO comme vous ne l’avez jamais vue... La rétrospective qui lui est consacrée, mise en ligne par 33 musées et institutions, passe au crible ses tableaux symbolistes et son parcours – personnel, politique et féministe. Une plongée tentaculaire dans l’univers de l’artiste mexicaine. Avec, en toile de fond, les souffrances physiques et morales qui constituent le fil rouge de son oeuvre.

CHEZ FRIDA KAHLO  1ec05578-28a7-47d5-9347-4517c4d1762b
Ci-dessus, Le Bus (1929) et La Colonne brisée (1944), de Frida Kahlo.



En 1929, Frida Kahlo peint Le Bus. Elle y figure un groupe de passagers représentatifs du Mexico de ces années-là : une ménagère, un ouvrier, une nourrice indigène, un enfant, un gringo (bourgeois) et une étudiante, écharpe au vent, qui pourrait être Frida elle-même. Sur la gauche, à l’arrière-plan, on distingue une enseigne, La Risa (le rire), qui reflète l’humour noir de la créatrice, quand on sait que sur cette toile empreinte de sérénité, celle-ci se remémore les minutes précédant le terrible acci dent qui, quatre ans plus tôt, bouleversa sa vie. Ce 17 septembre 1925, l’autobus qui ramène à son domicile Frida Kahlo, 18 ans, percute un tramway. Le corps de la jeune fille – déjà malmené par la poliomyélite, contractée à l’âge de 6 ans – est tout entier broyé. Commence alors un interminable chemin de croix, jalonné d’interventions chirurgicales (32 au total), de fausses couches, de confinements répétés, de corsets toujours plus rigides.

Comme Matisse avant elle, c’est alitée que Frida s’initie à la peinture. Un chevalet portatif installé sur son lit, une boîte de couleurs et un miroir accroché au baldaquin sont les témoins de ses autoportraits. « Je suis ma propre muse, le sujet que je connais le mieux », revendique-t-elle. Sur les 143 tableaux que l’artiste laisse à sa mort, en 1954, à l’âge de 47 ans, 55 sont des représentations d’elle-même. Une réflexion autour de ses émotions autant qu’une délivrance.

Dans l’emblématique La Colonne brisée, elle se tient debout, à demi-nue, devant un paysage aride parsemé de crevasses, le torse emprisonné dans des sangles métalliques. Au centre, une colonne ionique, enchâssée dans une plaie béante, a pris la place de son échine fracturée, tandis que des clous la transpercent de toutes parts ; ceux plantés dans son sein gauche illustrant ses tourments introspectifs et son immense solitude. Même baigné de larmes, le visage de Frida, orné de son légendaire monosourcil, garde un regard combatif. « Pourquoi voudrais-je des pieds, puisque j’ai des ailes pour voler », confie-t-elle, bravache, à son journal intime.

Outre le pinceau, son carburant est l’amour. Le Grand. Avec le Mexicain Diego Rivera, peintre muraliste mondialement reconnu, de vingt ans son aîné, elle partage un imaginaire flamboyant, une ferveur nationaliste et l’adhésion aux valeurs communistes. Pendant un quart de siècle, la relation entre « l’éléphant et la colombe », ainsi qu’on les surnomme, (il est aussi colossal qu’elle est menue) relève de la fusion tumultueuse. Il célèbre sa « sensualité vitale », elle l’aime « plus que [sa] propre peau ». Mais il la trompe, abondamment, jusqu’avec Cristina, la soeur cadette de Frida. Et cette dernière lui rend la monnaie de sa pièce, multipliant les liaisons – parfois bisexuelles –, dont une, passionnée, avec Trotski, l’ami du couple. Au fil des décennies, Diego et Frida s’adorent, se marient, se déchirent, divorcent, se marient à nouveau. Il ne lui survivra que trois ans, emporté, en 1957, par un cancer... du pénis.

Qui est vraiment Frida Kahlo ? La surréaliste que Breton et consorts adoubent ? Lors d’un séjour à Paris, au printemps 193 9, elle juge pourtant insupportables ces créateurs français qui « s’assoient des heures dans les cafés, à réchauffer leur précieux derrière [...] et se prennent pour les dieux du monde ». Et elle s’est toujours insurgée contre ce rapprochement artistique : « Je n’ai jamais peint de rêves, j’ai peint ma réalité. » A l’époque, Diego Rivera était encore la star du tandem, mais aujourd’hui, c’est bien l’inclassable Frida Kahlo qui a le statut d’icône au Mexique.

https://artsandculture.google.com/project/frida-kahlo


L'EXPRESS
Revenir en haut Aller en bas
https://artmony.forumactif.fr
liliane
Admin
liliane


Féminin Nombre de messages : 18423
Age : 48
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

CHEZ FRIDA KAHLO  Empty
MessageSujet: Re: CHEZ FRIDA KAHLO    CHEZ FRIDA KAHLO  Icon_minitimeVen 26 Nov - 21:57

Frida Viva la Vida : une vie de peinture et de douleurs au cinéma


CHEZ FRIDA KAHLO  Cda21_10
Frida Kahlo, Les Deux Fridas (détail), 1939, huile sur toile, 173,5 x 173 cm Mexico, Museo de Arte Moderno

Mercredi 24 novembre,



Frida Viva la Vida est sorti au cinéma. L'occasion de (re)plonger dans la vie et l'œuvre de Frida Kahlo, pionnière de l'art du XXe siècle.

Cette semaine, Frida Kahlo (1907-1954) fait son grand retour au cinéma. Le documentaire Frida Viva la Vida, réalisé par Giovanni Troilo, montre deux facettes de cette pionnière de l’art du XXe siècle : l’artiste révolutionnaire et la femme au corps torturé. Malgré les trop nombreuses séquences de transitions oniriques et poétiques, ce nouveau film permet aux spectateurs de (re)découvrir l’histoire de Frida Kahlo et offre une nouvelle lecture de chefs-d’œuvre tels que Quelques Petites Piqûres (1935) et La Colonne brisée (1944).



À la recherche de Frida


Si le biopic Frida (2002), de Julie Taymor avec Salma Hayek dans le rôle-titre, a marqué les esprits des cinéphiles et des aficionados de l’artiste mexicaine, il en est moins sûr pour Frida Viva la Vida. Mêlant entretiens de spécialistes, documents originaux, mots de l’artiste (lettres, journaux intimes et confessions privées), narration d’Asia Argento (grande admiratrice de Frida Kahlo), reconstructions poétiques et commentaires d’œuvres, le film se donne 98 minutes et six chapitres pour partir à la recherche de la personnalité privée et publique de Frida Kahlo. Malgré son esthétique haute en couleurs, ses musiques dynamiques et son rythme moderne, les séquences d’illustration, moments contemplatifs mettant en lumière l’aura et la spiritualité des tableaux de Frida, sont trop présentes pour réellement permettre d’entrer dans les toiles de l’artiste. Plus d’œuvres n’auraient pas été de trop.






« J’ai voulu mettre en lumière les deux âmes de Frida Kahlo, d’un côté l’icône et le symbole d’un féminisme contemporain, et de l’autre l’artiste libre malgré les contraintes physiques. », explique le cinéaste Giovanni Troilo. Ainsi, Frida Viva la Vida mêle des deux histoires, celle du corps de Frida et celle de son âme de peintre, représentées par Les Deux Frida (1939). Les éléments biographiques de l’artiste permettent de cette façon d’éclairer certains de ses plus grands chefs-d’œuvre comme Quelques Petites Piqûres, après la découverte d’une liaison entre Diego Rivera et sa sœur Cristina Kahlo.

Des photographies et des objets montrés pour la première fois à l’écran


Ainsi, le film a le mérite de montrer pour la première fois des photographies et des objets ayant appartenu à Frida, conservés dans les archives du Musée Frida Kahlo (vu par très peu de personnes), ainsi que des originaux de Graciela Iturbide qui a photographié la salle de bains de Frida en 2004, et surtout de retracer les grandes étapes de la vie de cette icône mexicaine. En s’appuyant sur les témoignages d’experts et d’artistes tels qu’Hilda Trujilo, directrice du Musée Frida Kahlo depuis 2002, Cristina Kahlo (petite-nièce de Frida), James Ole, professeur d’art au Wellesley College et assistant-curateur au Musée Davis d’art latino-américain, Carlos Phillips, assistant directeur du Musée Frida Kahlo, du Musée Diego Rivera Anahuacalli et du Musée Dolores Olmedo, Giovanni Troilo raconte les événements qui ont marqué Frida Kahlo, son accident, sa rencontre avec Diego Rivera en 1922 et leur relation tumultueuse, ses voyages aux États-Unis…


CHEZ FRIDA KAHLO  Cda20210
Frida Kahlo, La Colonne brisée, 1944, huile sur bois, 30x39 Mexico, Museo Dolores Olmedo




Certains aspects essentiels à la compréhension de l’œuvre et de la figure de Frida Kahlo sont également soulignés comme son intérêt pour les autoportraits (« Je suis le motif que je connais le mieux », disait l’artiste), aussi cathartiques qu’introspectifs, ou encore son enracinement dans la peinture traditionnelle du XIXe siècle. De ses toiles à sa manière de s’habiller, l’artiste n’a cessé d’explorer l’iconographie précolombienne. Le film montre ainsi les tableaux de l’artiste mettent en lumière les thèmes opposés propres à l’art populaire mexicain : douleur et plaisir, ténèbres et lumière, lune et soleil, la mort au sein de la vie et vice-et-versa.



CHEZ FRIDA KAHLO  Cda20211
Tenues de Frida Kahlo présentées dans le film Frida Viva la Vida. ©DR




Faire rayonner une icône de la peinture


Alors, si le film ne révolutionne peut-être pas l’histoire du cinéma ni les recherches historiques sur l’artiste, il participe à faire rayonner cette figure majeure de l’histoire de l’art qui continue de s’imposer sur le marché de l’art (avec un record à plus de 34 millions de dollars chez Sotheby’s ce mois-ci), en librairie avec la sortie de Frida Kahlo. Tout l’œuvre peint chez Taschen et dans les musées, avec l’exposition événement « Viva la Frida! – Life and Art of Frida Kahlo » au Drents Museum (Pays-Bas). « C’était une femme libre, c’est ça qui est révolutionnaire chez elle », conclut Asia Argento.

Agathe Hakoun


https://www.connaissancedesarts.com/arts-expositions/art-moderne/frida-viva-la-vida-une-vie-de-peinture-et-de-douleurs-au-cinema-11166366/?fbclid=IwAR1yKrc4_0Ie9W8vHB1u0RuMllMZmfELrySoZfGQqoSN4y4imoMkLpJ6rp4
Revenir en haut Aller en bas
https://artmony.forumactif.fr
Contenu sponsorisé





CHEZ FRIDA KAHLO  Empty
MessageSujet: Re: CHEZ FRIDA KAHLO    CHEZ FRIDA KAHLO  Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
CHEZ FRIDA KAHLO
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» HISTOIRES ETRANGES ET INSOLITES mais .....VRAIES !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ARTMONY :: A FLEUR DE TOILE :: LES PEINTRES-
Sauter vers: